Psychologue clinicien

Les thérapies comportementales et cognitives

«Les thérapies comportementales et cognitives s’appuient sur des recherches qui dès le début du siècle, ont contribué à faire de la psychologie une discipline scientifique». Agathon.M ( 2007) – Manuel de thérapie comportementale et cognitive, B.Samuel Lajeunesse, CH.mirabel –Sarron , L.Vera , F.Mehran et al. Dunod.
Les thérapies comportementales et cognitives (TCC) sont des thérapies concrètes, pratiques et dynamiques. L’idée est que les séances soient très interactives. Le thérapeute explique ce qu’il fait, ses techniques. Il échange avec son patient.

Les techniques de TCC sont très variées, le thérapeute travaille donc souvent de façon intégrative, c’est-à-dire qu’il utilise différentes techniques qu’il a appris au sein de ses diverses formations. Contrairement aux idées reçues, la TCC ne fait pas abstraction du passé. Bien au contraire. Il s’agit de la thérapie des schémas. L’idée est de trouver quels schémas font souffrir le patient et de comprendre comment il s’est construit.
Ensuite il s’agit d’évaluer de quelles façons il handicape le patient dans sa vie d’aujourd’hui et de lui donner les outils nécessaires pour ne plus en souffrir. Le but des TCC est d’aider le patient dans ses difficultés actuelles de façon concrète. Le patient a donc souvent des exercices à faire dans lesquels il teste les techniques apprises en séance ou qui lui permettent de réfléchir seul à certains sujets problématiques de façon plus précise. Le but est de donner au patient les outils nécessaires pour qu’il puisse dans le futur gérer seul ses problèmes. Les TCC travaillent énormément avec les gestions des émotions, des pensées et des comportements inadaptés. Elles s’adressent à tout type de difficultés et tout type de populations (enfants, adolescent et adulte). Néanmoins, dans certains cas, une psychanalyse peut être plus adaptée. Ceci est à évaluer avec le psychologue (au sein d’un entretien thérapeutique d’orientation par exemple). «Les diverses pratiques thérapeutiques en TCC mettent en jeu des processus à la foi comportementaux et cognitifs et traduisent ainsi l’interrelation corps, pensées, émotions, comportements». Hautekeete.M( 2007) – Manuel de thérapie comportementale et cognitive , B.Samuel Lajeunesse, CH.mirabel –Sarron , L.Vera , F.Mehran et al. Dunod.

Bien adaptée aux enfants avec lesquels une approche ludique s’impose, la TCC répond avec satisfaction aux problèmes d’énurésie, d’anxiété, de phobie scolaire, aux troubles oppositionnels et de conduite, aux troubles de l’attention , à l’hyperactivité, etc…

Chez l’adulte, elle s’étend au traitement de la dépression, de l’anxiété, des phobies, des attaques de panique, des troubles obsessionnels compulsifs (T.O.C), des troubles du comportement alimentaire tels que la boulimie et l’anorexie, des troubles de la personnalité, etc…

Ainsi, la TCC se révèle très utile pour résoudre toute problématique relative au comportement humain (ex. : faire face aux dépendances) ou tout simplement pour aider l’individu à réaliser ses buts existentiels.
La Thérapie Comportementale et Cognitive part du principe que ce ne sont pas les situations en elles-mêmes qui provoquent les émotions et les comportements mais plutôt les pensées automatiques (cognitions) qui nous traversent l’esprit à ces moments là.
Elle a pour objectif de faire repérer les pensées sans fondement réel (distorsions cognitives, convictions, postulats) et de leur substituer des conceptions plus réalistes qui modifieront la perception des événements et permettront de réagir de manière plus adéquate.

La thérapie EMDR

Qu’est-ce que la thérapie EMDR ?

La thérapie EMDR est une nouvelle approche de psychothérapie qui utilise la stimulation sensorielle des deux côtés du corps, soit par le mouvement des yeux soit par des stimuli auditifs ou cutanés, pour induire une résolution rapide des symptômes liés à des événements du passé. Cette thérapie poursuit le mouvement de recherche clinique et de soins inaugurés par la psychanalyse, la thérapie cognitive comportementale, les traitements par exposition, la médecine humaniste, les thérapies systémiques et les psychothérapies brèves centrées sur la personne.
La thérapie EMDR a été créée à la fin des années 80 dans la Baie de San Francisco. En moins de 10 ans, elle est devenue un des modes de traitement psychothérapeutique du PTSD (ou ESPT : État de Stress Post-Traumatique) ayant donné lieu au plus grand nombre d’études cliniques. Ses initiales viennent de son appellation anglo-saxonne : Eye-Movement Desensitization and Reprocessing, ou Désensibilisation et Retraitement par les Mouvements Oculaires, même si la méthode ne se limite désormais plus à l’utilisation des mouvements oculaires.
Le protocole de la thérapie EMDR repose sur un ensemble de principes qui sont essentiels à une approche humaniste et intégrative de la médecine et de la santé : la confiance dans la capacité d’auto-guérison propre à chacun, l’importance de l’histoire personnelle, une approche centrée sur la personne, un pouvoir restauré, l’importance du lien corps-esprit, un bien-être et une amélioration des performances.
Plusieurs études contrôlées ont démontré la remarquable efficacité de la thérapie EMDR pour la résolution les états de stress post-traumatiques (ESPT en français, PTSD dans la littérature anglo-saxonne), autant chez les victimes de traumatismes civils (viols, accidents, deuils) que chez les vétérans de la guerre du Vietnam ou les victimes de conflits dans les pays en voie de développement. De fait, à ce jour, la thérapie EMDR est une des méthodes de traitement des états de stress post-traumatiques (ESPT ou « PTSD ») les mieux documentées par la littérature scientifique.